Bien choisir son chien


Bien choisir son nouveau compagnon n'est pas toujours évident. Chiot ? Chien adulte ? De race ou croisé ? Elevage familial, professionnel ou issu de refuge ?


Ce petit article est là pour vous aider à vous orienter sur le type de chien qui vous convient, afin de vous éviter des déconvenues post adoption. Déconvenues qui souvent se soldent par l'abandon du chien à une association de protection animale ou un autre particulier (dans le meilleur des cas), ou des factures vétérinaires absolument énormes car vous avez adopté un loulou homozygote pour des maladies héréditaires, ainsi que l'horrible souffrance de le voir mourir d'une maladie incurable.

Après lecture, vous saurez quelles questions poser à l'éleveur, particulier ou refuge chez qui vous allez acquérir votre compagnon, mais aussi quels types/races de chien éviter et pourquoi.

Il paraît évident que la plupart des adoptants/futurs adoptants souhaitent offrir une belle vie agréable à leur nouveau compagnon, que le tit'loup soit source de joie pour la famille et réciproquement. Mais malheureusement, toutes les races de chiens, tous les types de chiens ne conviennent pas à tous les maîtres et toutes les familles.


Chaque chien est un individu à part entière. Il ne saurait être seulement défini par son appartenance à une race ou un groupe, type pour les chiens croisés. Chaque chien dispose d'un Niveau Individuel d'Energie (NIE). Le NIE permet de quantifier le besoin de stimulations (activités diverses) d'un chien spécifique quotidiennement. Le NIE est à différencier du Besoin Moyen d'Activité (BMA). Le BMA permet d'estimer le nombre d'heures dont un chien, représentatif de sa race a besoin pour éviter de développer des troubles comportementaux ou comportements de compensation suite au manque d'activité.

Globalement, on estime qu'un chien, si l'on fait une moyenne des besoins des chiens, toutes races confondues, a besoin de 4 à 5h de stimulations par jour.

Oui oui, 4 à 5h. Et je vous vois déjà derrière votre écran, faire les gros yeux, en vous disant que 4 à 5h à consacrer à son chien, ça n'est juste pas faisable ;) . Cependant, ne vous inquiétez pas trop, je reviendrai sur ce point des 4-5h un peu plus bas, pour vous expliquer en détail ce que cela implique (car il ne s'agit pas de sortir son chien et jouer avec lui pendant 4-5h).


Donc, nous avons vu qu'un chien moyen a besoin de 4-5h de stimulations par jour... Mais qu'en est-il des chiens appartenant à une race en particulier ?

Et bien on peut là encore établir des moyennes. Je vais prendre pour exemple des races de chiens forts connues et appréciées de la population en général... mais au moins tout autant des refuges et associations dans lesquels une partie finit, car adoptés pour de mauvaises raisons.


-Le Border Collie par exemple, ce sportif incompris a pour sa part.... besoin de 10-12h de stimulations par jour. Alors oui, dans les borders, il y a toujours des individus qui ont besoin de moins, (je connais moi-même des Border Collie de canapé :O) voire beaucoup moins. Mais là on parle d'estimations, ne l'oubliez pas ;). Au sein de ma profession, environ la moitié de mes consultations pour du comportement sont des chiens Border Collie ou croisés Border. Je pense que la réponse à pourquoi s'impose d'elle-même. La nature des activités, la charge horaire des activités ainsi que l'environnement ne conviennent pas aux besoins éthologiques du Border.

-Le Malinois... 8-10h de stimulations.

-Malamute, Husky, Berger d'Islande, Lapinkoira, Berger d'Islande, Berger Australien, Jack Russel, 7-9h de stimulations.

-Beauceron, Berger Blanc suisse, Golden Retriever, Labrador, Boxer, American Staff, Bouledogue Français, Staffie, Akita, Berger Allemand, Samoyède, 5-7h de stimulations.

Concernant les chiens croisés, l'idéal est de déterminer quelles races composent le mélange. Les critères visuels en général suffisent, mais des tests pour identifier génétiquement votre chien et déterminer de quelles races il est issu existent. Ils coûtent environ 45€ si mes souvenirs sont bons.

Savoir de quelles races votre loulou est issu vous permettra surtout de savoir à quelles maladies génétiques votre chien pourrait être exposé et ainsi faire les tests de dépistage nécessaires.


A présent, je vais repréciser ce que j'entends par "stimulations". Les stimulations sont l'ensemble des activités d'un chien. Il peut s'agir d'activités de nourrissage, de jeux, reniflage, activités physiques, chasse, activités sociales, activités intellectuelles etc. Un chien peut donc combler une partie de ses besoins en stimulations sans que vous n'interveniez. Par exemple, si vous donnez sa ration à un chien dans une balle qu'il doit faire rouler pour obtenir sa nourriture, il comblera une partie de ses besoins. De même s'il joue seul avec un jouet ou un éventuel congénère dans la maison. Cependant, si un chien peut combler une partie de ses besoins en stimulations sans vous, cela ne veut pas dire qu'il peut tous les combler sans que vous n'interveniez. Par exemple, si seule la famille vit avec le chien, lorsque vous vous absentez, votre chien ne peut combler ses besoins en interactions sociales. Ni avec vous car vous êtes absent, ni avec des congénères si vous ne le sortez pas pour en rencontrer.



Pour finir, je ne saurai que trop vous conseiller :


-d'éviter les chiens que j'ai cité sur les 2 premiers tirets, à moins d'avoir besoin d'un chien de travail, d'avoir envie de faire de la compétition, d'être sportif et d'avoir du temps devant soi. Pour les chiens que j'ai cité en troisième et quatrième position, je vous suggère de les éviter si vous n'avez pas à leur consacrer à l'âge adulte au grand minimum 2h de sorties quotidiennes (le jardin ne fait pas partie des sorties. Un jardin est juste une autre pièce de la maison), une heure de jeu par jour et une heure par jour consacrée à une activité intellectuelle (éducation, obéissance, obérythmée, tricks etc). Ca fait quand même 28h par semaine d'activité rien qu'avec vous. Et votre loulou aura également besoin de temps de présence, à avoir des papouilles, ou être simplement couché à proximité


-Eviter les chiens de refuge ayant subits de grands traumatismes ou ayant mal été familiarisés s'il s'agit d'un premier chien ou d'un chien destiné à être un chien de famille avec des enfants. Si les chiens sont craintifs, très réactifs, il est parfois difficile et long de les remettre en confiance. Une famille avec des enfants n'est pas un milieu adapté pour ces chiens. S'il s'agit d'un premier chien, vous pourriez vivre une première expérience difficile, surtout sans aide et cela risque de vous faire passer à côté d'une relation merveilleuse.

Si vous souhaitez opter pour un chien de refuge, demandez pourquoi il a été abandonné. Selon la raison vous pourriez avoir à faire appel à une professionnel. Demandez à pouvoir le sortir régulièrement seul et avec votre famille afin d'appréhender son caractère, évaluer s'il est craintif ou au contraire assuré. Le choix du chien doit être unanime au sein de la famille.


-Adopter un chien de refuge ou venant d'une association est quelque chose de merveilleux, tant sur la relation qui peut en découler, que sur l'acte d'adoption en lui-même. Mais parfois, mieux vaut s'abstenir d'adopter un tit loup sur un coup de coeur, si vous ne pouvez répondre à ses besoins (chien ayant un NIE important par exemple). Par contre votre famille pourrait convenir à un autre compagnon d'infortune. Si vous prenez un chien qui ne vous convient pas, le risque est qu'il retourne à la case départ et cette expérience est très traumatisante pour le chien mais aussi pour les maîtres.


-Si vous prenez un chien chez l'éleveur, ou chez un particulier, posez des questions sur les parents des chiots, s'ils sont dépistés pour les maladies génétiques ou congénitales inhérentes à la race, sur les activités dont ils disposent. Observez leur comportement. Sont-ils très actifs ou plutôt très calmes ? Semblent-ils avoir des tocs (aboiements intempestifs par exemple) ? Craintifs, agressifs ? Pour le chiot, si vous désirez un animal plutôt calme, opter pour le petit qui n'essaie pas à tout prix de vous sauter dessus (sans pour autant être craintif) vous donnera plus de chance de tomber sur un individu avec un NIE correspondant à votre rythme de vie une fois le chien adulte. Demandez également au propriétaire des petits à quel âge et comment il a commencé à familiariser et socialiser ses chiots.

Fuyez si :

*il n'y a eu aucune familiarisation à l'extérieur de la maison ou de l'élevage. Le chiot doit avoir été mis en contact avec différents types de milieu, différentes espèces animales, d'autres chiots/chiens adultes n'ayant pas le même morphotype et différentes personnes à des stades de développement différents et d'origines ethniques différentes.

*les parents des chiots ne sont pas dépistés pour les maladies génétiques et congénitales.

*si l'un des parents est homozygote muté pour une maladie dont la transmission se fait selon un mode autosomique récessif. Un éleveur sérieux devrait refuser de reproduire un individu malade, car il produira 100% d'individus malades ou porteurs sains.

*si l'un des parents est hétérozygote pour une maladie, la question est discutable. Privilégiez à tout prix les chiots issus de parents tous deux homozygotes sauvages pour l'allèle porteur du gène de la maladie. Parfois, certaines maladies sont tellement fréquentes au sein de certaines races (ataxie par exemple) qu'il est assez difficile de trouver des élevages étant indemnes de ces maladies. Votre chiot ne développera pas la maladie, mais pourra être porteur sain et susceptible de transmettre, car 50% des individus seront indemnes et 50% porteurs sains. En reproduisant un individu porteur sain, l'éleveur a le devoir de dépister ses chiots pour savoir lesquels sont porteurs de l'allèle muté. Refusez d'acheter un chiot non dépisté. Si vous choisissez un individu porteur sain, obligez vous à stériliser votre animal pour éviter la propagation de la maladie à cause d'une saillie indésirée.


-Evitez de choisir un chien destiné à faire de la garde si vous avez ou désirez avoir un bébé ou si vous avez des enfants en bas âge.


-Moins de 3h par jour à consacrer aux promenades du chien, aux jeux et à son éducation ? Le chien va rester tout seul 8h par jour sans interruption ? Ne prenez pas de chien. Même un Caniche ou un York.


-Se faire un éducateur canin pour choisir votre compagnon et éventuellement pour vous aider à l'éduquer vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté pour adopter LE compagnon idéal. Il saura sélectionner pour vous les naisseurs les plus sérieux si vous désirez un chiot de race, saura analyser votre environnement et mode de vie pour vous conseiller au mieux et vous montrera comment répondre aux besoins essentiels de votre nouveau compagnon pour avoir un chien bien dans sa tête et dans ses pattes !

#choisirsonchien #choisirsonchiot

Autres articles
Articles réçents